Des finances sérieuses

Marseille est en retard sur tout, la Mairie doit investir dans les infrastructures nécessaires à son développement. Nous renégocierons la dette colossale laissée par nos prédécesseurs pour permettre ces investissements. Ceux qui dirigent Marseille depuis 25 ans ont une devise : « Après nous le déluge ». Nous mettrons fin au cercle vicieux du surendettement, les nouveaux emprunts servant finalement à rembourser les emprunts précédents. Nous rationaliserons les dépenses et mettrons fin au gaspillage de l’argent public.
La transparence sera le maître-mot de notre gestion et les Marseillais seront consultés régulièrement. Nous privilégierons les entreprises locales pour les marchés publics.
 

Libérer Marseille, gérer en bon père de famille

  • Grand audit des finances de la ville dès avril 2020. Les résultats seront rendus publics
  • Renégociation de la dette avec les banques : elles participeront à l’effort collectif pour relever Marseille
  • Réaffecter les 50 millions d’euros annuels de restes à réaliser du budget
  • Réclamer les 30 millions d’euros d’impayés sur un mandat
  • Assainir le système des subventions municipales pour mettre fin au clientélisme
  • Instaurer des clauses sociales et environnementales dans les marchés publics pour favoriser les entreprises locales
  • Création de Sociétés d’économie mixte pour dégager des ressources, notamment dans le photovoltaïque
  • Audit des services municipaux pour optimiser l’organisation interne et préserver le bien-être des agents

Une démocratie exemplaire

  • Instaurer le Référendum d’Initiative Citoyenne via des pétitions réunissant 10% d’électeurs marseillais
  • Consulter les Marseillais via référendum pour les grands sujets
  • Sanctionner financièrement les élus absents
  • Doubler le nombre de conseils municipaux de 5 à 10 par an